Internet favorise-t-il l’adultère ?

 

A l’heure où le développement d’Internet semble être à l’origine de nombreux maux (harcèlement, arnaques et téléchargement illégal), voilà qu’on accuse également souvent la Toile de favoriser l’adultère. Mais cette accusation est-elle juste ou est-elle simplement prétexte à trouver une excuse à l’évolution de notre société ? Voilà nos réponses…

En réalité, l’infidélité existe depuis la nuit des temps et ne cessera jamais puisqu’elle est, comme le disent certains sociologues, le moyen physique choisi par certains individus pour s’épanouir pleinement sexuellement. Aussi, l’adultère est quelque chose de somme toute normale et ce n’est sans doute pas Internet qui le favorise. L’être humain a naturellement en lui des pulsions qui peuvent l’attirer vers l’envie de nouveaux plaisirs. Pourtant, notre culture occidentale a traditionnellement élevé la fidélité comme normalité mais l’évolution de notre société est telle que l’adultère tend à se banaliser de jour en jour. Ainsi, même si la majorité des français ne s’imaginent pas tromper leur partenaire, l’infidélité est de plus en plus présente et beaucoup le font en mentant à leur moitié. Néanmoins, le développement des relations adultères ne peut être imputé à Internet, l’évolution des mœurs occidentales ainsi que la libéralisation du sexe et de certaines pratiques (libertinage, échangisme) étant les principales responsables. On peut juste admettre qu’Internet offre une vitrine idéale à l’adultère en la médiatisant et en la dépénalisant. Après, dire qu’elle favorise l’adultère serait malhonnête étant donné que chacun reste libre d’agir comme bon lui semble.

Par contre, si Internet n’a pas favorisé l’adultère, il l’a certainement facilité. En effet, ceux qui ont envie de tromper leur partenaire peuvent retrouver sur le web tout ce dont ils ont besoin pour organiser au mieux un plan cul ou bien une rencontre suivie avec quelqu’un d’autre. D’ailleurs, de nombreux sites web ont compris qu’un business plutôt lucratif était en train de se créer avec le développement de l’adultère. Internet a ainsi vu fleurir de nombreux sites aidant ceux qui souhaitent tromper leur partenaire à trouver la personne qui a les mêmes attentes et donc l’envie de vivre une rencontre coquine sans prise de tête et de la manière la plus discrète possible afin de ne pas éveiller les soupçons. D’autres ont lancé des sites et sociétés permettant de fabriquer des alibis afin de pouvoir justifier vos éventuelles absences à votre domicile et ainsi éviter que votre partenaire ne puisse penser que vous le trompez. Et plus récemment, de jeunes sociétés ont eu la bonne idée de développer un concept idéal pour les hommes et femmes les plus infidèles : les love hotels. Présents dans les plus grandes villes de l’Hexagone, ils permettent de louer une chambre pour quelques heures seulement et à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Ainsi, à n’importe quel moment, vous pouvez vous organiser une rencontre coquine et bénéficier d’un lieu neutre pour vos ébats amoureux. D’ailleurs, de nombreuses jeunes sociétés proposent chaque semaine des concepts innovants via le Web afin de faciliter les relations adultères, conscientes que la cible de clientèle visée a besoin d’une discrétion toujours plus grande et d’une aide «logistique ».

Vous l’avez compris, le « marché de l’infidélité » est devenu un vrai business tout comme finalement le « marché de l’amour ». Pour autant, Internet ne favorise pas réellement l’adultère puisqu’elle n’a en rien un rôle incitatif. En effet, plutôt que d’inviter les personnes à avoir des relations adultères, Internet laisse chacun libre de rester fidèles mais propose par contre, via de nombreuses sociétés, un accompagnement complet afin de vous faciliter l’infidélité. Ainsi, de simples inscriptions sur des sites web vous permettront de rencontrer des partenaires autres que votre moitié. Ne reste donc plus qu’à vous de décider si c’est ce que vous voulez ou non…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *